Ghost Recon Future Soldier

Note de la rédac 7.0
Note internautes 8.6 397 vote(s)
Bon
Les + :

Des gadgets à la pelle…
IA alliée au top
Custo des armes poussée
Variété des environnements
Niveaux bien construits
Coopération efficace

Les - :

…mais un peu craqués
...mais un peu craquée ?
HUD parfois intrusif
Pas mal de ralentissements
Multi assez moche

Vidéo-Test de Ghost Recon Future Soldier sur Xbox 360

Cinq ans après Advanced Warfighter 2, Ghost Recon fait peau neuve : l'infiltration est désormais à portée de tout le monde !

En préparation chez Ubisoft depuis au moins trois ans, Ghost Recon Future Soldier a quand même bien changé depuis les premières vidéos aperçues en 2010. Une chose est néanmoins certaine : l’éditeur français a toujours souhaité différencier cet épisode des excellents Advanced Warfighter, en allant notamment un cran plus loin dans l’orientation futuriste de la série, désormais cantonnée à la vue à la troisième personne. Si l’aspect tactique des affrontements en prend un sacré coup dans l’aile, Future Soldier n’en propose pas moins une alternative moins bourrine aux shooters militaires habituels, surtout à quatre en coopération.

Hide & ShootRetour au sommaire
Ghost Recon Future Soldier
Finis les ordres donnés à ses alliés pour mettre en place une éventuelle stratégie. Dans Ghost Recon Future Soldier, il s’agit principalement de repérer et marquer les cibles à abattre, le plus discrètement ou rapidement possible suivant les situations. Pour cela, le « guerrier avancé » des précédents volets cède sa place à un « soldat du futur », encore mieux équipé pour affronter les hordes de terroristes trafiquants d’armes qui se dressent en travers de sa route. Camouflage optique permettant de passer presque inaperçu, drone discret qui survole la zone pour marquer facilement les cibles, capteur scannant l’environnement : le Future Soldier est plus équipé que James Bond dans Moonraker.

Ghost Recon Future Soldier
A côté de cela, les trois alliés obéissent maintenant à leur propre instinct : s’il est possible d’ordonner un tir synchronisé en marquant jusqu’à quatre cibles, vos compères se déplacent à leur guise sans qu’il soit vraiment possible de les disposer selon notre convenance. Ce n’est pas bien grave, les gaillards ayant « farmé » quelques tomes d’IA depuis le précédent Ghost Recon. Pour la première fois ou presque dans un jeu, on n’aura jamais à se plaindre du comportement de nos alliés sur le champ de bataille. Ils tirent, ils tuent, ils couvrent, ils soignent : ils sont certes moins pris pour cible et semblent surtout bien plus résistants que le joueur, mais qu’importe, l’équipe n’est plus aussi déséquilibrée qu’avant.

Gameplay #14 - Noble Tempest - Utilisation d'un drone
Cliquez sur l'image pour lire la vidéo


C’est encore mieux avec trois amis, évidemment, mais l’effort consenti sur le comportement des autres Ghosts est à signaler. Que l’on soit en pleine infiltration ou en séquence de pure action, leur efficacité sera d’ailleurs salutaire puisque trois balles suffisent à vous mettre au sol en mode normal. On passe donc le plus clair de son temps à l’abri, profitant du nouveau système de couverture proposé. Pas toujours très instinctif, quand il s’agit de se déplacer d’une planque à l’autre ou de courir entre deux tanières potentielles (un seul et même bouton pour courir et se couvrir), il se révèle au final efficace bien que symptomatique de la nouvelle orientation de la licence Ghost Recon.

Casual Soldier ?Retour au sommaire
Ghost Recon Future Soldier
Pas mal de choses ont en effet été simplifiées ou automatisées
depuis Advanced Warfighter 2. Les ennemis repérés apparaissent par exemple complètement à l’écran même à couvert, façon Wallhack bien sale, facilitant grandement vos gunfights grâce aux munitions traversantes dont vos armes sont équipées. Les différents gadgets (vue « fil de fer », drones, capteurs) comme les indications vocales de vos alliés squizzent quant à eux une bonne partie des étapes de repérage, qui constituaient l’une des forces de la série. Cela pourra décevoir les habitués de la franchise, qui auront quand même la possibilité de ne pas utiliser toutes ces options pour corser un peu le tout, mais Future Soldier n’en est pas pour autant un jeu facile. L’infiltration reste un minimum exigeante et les scripts plus présents qu’à l’accoutumée assurent un rythme haché particulier ne permettant jamais vraiment au joueur de se la couler douce en alignant les cibles tout en restant bien planqué.

Ghost Recon Future Soldier
Malgré le déséquilibre certain entre les dispensables séquences « sur rails » (hélicoptère, protection de VIP) et les situations de jeu plus classiques, la variété des situations et l’obtention progressive des aides assurent à Future Soldier un intérêt continu tout au long de sa campagne. La balance entre infiltration et action est assez remarquable, les missions évoluant de l’une à l’autre au rythme des changements d’objectifs et des improvisations militaires liées au scénario ou aux différents scripts. On n'est certes pas au niveau de l'exubérance d'un Call of Duty (dans le bon comme le mauvais sens du terme), mais l'effort d'immersion poussé par certains effets de mise en scène est appréciable, tout comme les atouts phares de cet épisode : la variété des environnements et leur construction.

Ghost Recon Future Soldier
Ghost Recon Future Soldier
Ghost Recon Future Soldier
Un effort certain a été consenti sur les environnements, pas très ouverts mais diablement bien construits


Jamais aussi ouverts qu’ils n’y paraissent de prime abord, les environnements de Future Soldier n’en sont pas moins de petites merveilles d’agencement. Toujours pourvus de chemins de traverses ou de recoins équipés de meurtrières, les niveaux vous mettent toujours dans une disposition bien particulière vis-à-vis de vos ennemis, qu’elle soit avantageuse ou non. De quoi vous/leur permettre de tenter une éventuelle approche par les flans, vos assaillants étant malheureusement moins prompts et affutés intellectuellement que vos alliés. Rester planter derrière une barricade de bois qui se désagrège sous vos tirs ou sauter joyeusement sur une grenade fraichement lancée ne leur fait pas peur, mais ne les empêche pas non plus de vous rusher lorsque le moment semble opportun ou d’adapter leur agressivité suivant le déroulement de l'assaut.

Le tour du monde en moins de dix heuresRetour au sommaire
Ghost Recon Future Soldier
Oubliant le concept d’unité de lieu et de temps, Future Soldier vous envoie aux quatre coins du globe dans le but de venger une autre équipe de Ghosts tués au combat. Des favelas boliviennes à la steppe nigériane en passant par l'aéroport russe ou encore l’exotique ville de Peshawar au Pakistan, les différents niveaux sont impressionnants de variété. Ubisoft a qui plus est fait un excellent travail en singularisant chacun des lieux : on n’a jamais l’impression de faire deux fois la même chose au même endroit, surtout lorsqu'une tempête de sable vient bouleverser votre visite d'un village zambien ou que des perturbations IEM vous laissent à poil dans une église en pleine forêt daghestanaise.

Ghost Recon Future Soldier
Malgré ses quatre ans de développement (houleux), Future Soldier ne fait pas figure d'épouvantail technique sur consoles, loin s'en faut. Pas moche, mais pas transcendant techniquement pour autant, le jeu d'Ubi alterne jolis effets de particules, animations soignées et chouettes effets de lumières avec des textures un peu baveuses ou encore d'immondes ralentissements qui pourrissent régulièrement l'action, et ce malgré la relative étroitesse des environnements. Le choix d'un décorum réaliste a ceci de louable qu'il crédibilise beaucoup l'univers et donc l'action du jeu, tout comme les différents bruitages qui n'en font jamais trop tout en bénéficiant d'un rendu tout à fait correct. Du bon boulot, tout comme les rares pistes musicales qui accompagnent des moments bien précis de la campagne avec style.

Gameplay #13 - Subtle Arrow - Un peu d'infiltration
Cliquez sur l'image pour lire la vidéo


Outre le scénario d'une dizaine d'heures (en normal), Future Soldier propose différents modes multijoueur. De la coopération d'une part, avec un mode Guerrilla vous invitant à nettoyer les cinq cartes le temps d'une cinquantaine de vagues chacune. Classique et efficace, surtout à quatre en coopération ou à deux en écran partagé, ce mode vient soutenir le copieux multijoueur compétitif que l'on retrouve d'autre part. A 6 contre 6 sur 10 cartes et dans 4 modes, celui-ci vous invite à remplir différents objectifs toujours basés sur le même modèle : attaque/défense de point, pose de bombe ou encore défense de VIP offrent des possibilités variées pour un gameplay dont la lourdeur, pas gênante pour un sou en solo, peut ici s'avérer frustrante. Les corps à corps sont approximatifs, la visée lointaine carrément impossible à la troisième personne sans être à couvert et les errements du système de couverture encore plus agaçants qu'en solo.

Ghost Recon Future Soldier
L'orientation teamplay, les trois classes à pousser chacune jusqu'au niveau 50 (pour débloquer armes et items) et surtout le système poussé de personnalisation des armes font néanmoins largement passer la pilule. Valable en solo, coop ou multi, ce fameux outil - compatible Kinect - met certes un temps fou à s'afficher, mais s'avère aussi complet qu'esthétique. Une dizaine d'éléments différents sont modifiables, comme le chargeur, la lunette, l'embout ou la gâchette pour des pétoires qui s'adapteront parfaitement à votre style de jeu. On pourra créer une infinité (ou presque) de combinaisons à partir des cinquante armes de base : que demande le peuple ?

Comme Splinter Cell avec l'épisode Conviction, Ubisoft dépoussière sa licence Ghost Recon en automatisant une bonne partie des particularités de gameplay des précédents volets. Si ces choix pourront laisser un certain nombre de joueurs sur la touche, Future Soldier a ceci-dit suffisamment d'arguments à faire valoir pour plaire à tous les amateurs d'action/infiltration : la variété de ses décors, son rythme au poil, son contenu costaud et son level design parfaitement calibré pour la coopération sont quelques exemples parmi d'autres de la qualité générale du jeu, qui pêche techniquement et dont certaines séquences gâchent un peu l'ambition réalistico-futuriste. En se tournant un peu plus vers l'action, la série Ghost Recon lorgne du côté des shooters militaires plus classiques : s'il n'en perd pas son âme, il y laisse un peu de son originalité.

VideoTest de Ghost Recon Future Soldier
Cliquez sur l'image pour lire la vidéo
le 22/05/2012 à 19:05, Maxence
Chargement des commentaires...